Augmentez la taille du texteDiminuez la taille du texte

A LA VILLA TAMARIS, LES PEINTURES RÉCENTES DE JEAN-CHRISTOPHE MOLINERIS

Version imprimable de cet article Version imprimable



Jean-Christophe MOLINERIS

"Déambulation picturale autour du lien"

Jusqu’au 4 septembre 2016

Au tout dernier étage de la Villa Tamaris, sous les combles de mythiques greniers, se découvrent les toiles de Jean-Christophe Molineris. Des visages, des corps et des objets de passage – malle, valise, fauteuil. Etrangement présents et passés, là et ailleurs, suspendus dans le temps et l’espace. Des portraits plutôt que des visages, des figures oubliées, détruites ou reconstruites par la mémoire – quelqu’un qu’on reconnaît – l’ami Giacobazzi (1), Frida Kalho, un autoportrait (2) … ou de beaux et belles inconnus, des images qu’on croit avoir déjà vues.

Chaque toile raconte une histoire, celle vécue par le peintre, mais dont nous prenons possession, comme avec les illustrations de nos livres d’enfants qui nous faisaient voyager vers d’autres univers. On n’échappe pas à la séduction des couleurs, du dessin, de la présence des êtres et des choses. Dans un premier temps. Puis, petit à petit, nous perdons notre innocence : les histoires racontées ne sont peut-être pas aussi belles qu’on le voudrait, des corps sont sans visage, des visages sont effacés ou tatoués d’écritures. La surface du tableau est éclaboussée, la peinture projetée, crachée, dégouline. La toile agressée, arrachée, blessée est devenue une peau qui souffre et qui nous raconte la souffrance et la solitude, un palimpseste. Une injonction à voir et ne pas oublier. A côté d’un mélancolique portrait de Kalil Gibran (3) dont Jean-Christophe Molineris reprend une citation dans son catalogue (4) "tous peuvent entendre, seuls des êtres sensibles peuvent comprendre" (1914),

celui d’une petite fille chinoise (5), le plus mutilé peut-être, comme une peau de chagrin, un espoir qui rétrécirait avec le temps.

Lilyane ROSE

(1) Giaco… 2015 – h/t. 116x81 cm
(2) Autoportrait. 2015 – h/t. 92x72 cm
(3) Kalil Gibran 2015 – h/t 116x89 cm
(4) Déambulation picturale autour du lien – un ouvrage qui propose des textes/prétextes sur des choix de peinture de Jean-Christophe Molineris. Edition Villa Tamaris, Centre d’Art.
(5) Petite fleur des "Hu-Tang". 2001. – h/t. 150x180 cm.

texte Lilyane ROSE

crédit photographique, villa Tamaris, courtesy Villa Tamaris

mise en page MFLP


Villa Tamaris centre d’art

Avenue de la Grande Maison
83500 La Seyne-sur-mer

Tél : 04 94 06 84 00
Fax : 04 94 30 71 89
Site Internet : www.villatamaris.fr
Mail : villatamaris@tpmed.org

Ouverte tous les jours de 14h00 à 18h30 sauf le lundi et jours fériés
Entrée gratuite
Visites guidées sur rendez-vous
Accessibilité : un ascenseur dessert les différents étages de la villa.

Comment venir

Par bus : Au départ de la Seyne centre, ligne 83
Par bateau : Au départ du port de Toulon, ligne 18M


publié le 22 août 2016

auteur(s) En diagonale /

Réagissez


radio
Departements Alpes-de-haute-provence Hautes-alpes Alpes-maritimes Bouches-du-rhône Var Vaucluse
L'été des festivals
Pub... Annoncez-vous
 
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Lettre d'information | Inscrivez-votre évènement | Contact | Mentions légales | Annonceurs | Propulsé par spip | © 1999 - 2017 PariMédia