Augmentez la taille du texteDiminuez la taille du texte
http://bernarvenet.com/

Bernar Venet - 1961-1963, à l’Hôtel des Arts de Toulon

envoyer l'article par mail envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable



Bernar Venet est aujourd’hui un artiste internationalement connu. Ses sculptures ont été exposées sur tous les continents. Né en 1941 dans les Alpes de Haute Provence, Bernar Vernet partage son temps entre New York et le Muy dans le Var.

GIF - 4.8 ko
Ici se trouvait une des images pour lesquelles une société de droits d’auteur nous réclamait 50 € par mois (tarifs pour les organismes à but non lucratif et sans recette). Nous avons donc supprimé ces images au détriment des artistes.

Il a participé à la Documenta de Kassel, aux expositions historiques de la fin des années soixante et a représenté la France à différentes biennales. Une douzaine de monographies retrace son parcours de quarante années et nous a fait découvrir la diversité des disciplines dans lesquelles Bernar Venet s’est exercé.

Mais l’histoire, trop souvent, ne prend pas suffisamment en compte l’importance que représentent les premières années du travail d’un artiste. Cette période difficile, quelquefois héroïque, où il doit trouver son chemin, où il n’a rien à perdre et tout à gagner si les risques pris s’avèrent riches d’intuitions et de fondements durables.

Lorsqu’en 1961, Bernar Venet part à l’armée, il n’a que 19 ans, mais déjà à son actif deux expositions personnelles réalisées dans son village natal, Saint Auban. Rien de bien prestigieux il est vrai, mais la volonté et l’énergie sont là, bien présentes, et l’adolescent sait déjà où il veut en venir. C’est à son arrivée dans une ambiance où généralement rien ne s’y prête, à l’armée, que des changements importants vont se manifester dans l’esprit du jeune homme.

Grâce à un bilan médical très chargé, Bernar Venet, asthmatique, aura le privilège d’être exempt de nombreuses corvées. Nourri, logé, l’armée lui permet de se vouer entièrement à son art tandis qu’un atelier immense est mis à sa disposition à la caserne de Tarascon.

Le noir l’obsède et surtout le goudron, avec lequel il réalisera la plupart de ses peintures. Les idées foisonnent, son travail se structure et le début d’une œuvre émerge, sobre et rigoureuse. Outre quelques peintures qui ont survécu cette période, on retient les précieux documents photographiques, l’artiste devant une « coulée de goudron » ainsi que sa « performance dans les détritus ».

Après une période de 10 mois en Algérie, c’est, en janvier 1963, le retour à Nice où 3 ans plus tôt, il exerçait le métier de décorateur pour l’Opéra.

Soutenu par un climat de création très dynamique, entouré d’amis artistes qui, eux aussi, canalisent leur énergie vers les limites de l’imaginable, Bernar Venet va pouvoir développer un travail qui, aujourd’hui, exactement 40 ans plus tard, continue à surprendre en gardant toute sa fraîcheur.

Son fameux « Tas de charbon », sa performance dans les détritus, ses photographies, ses tableaux au goudron, son film « Tar-Macadam », sa composition musicale « Gravier-Goudron » sont autant de gestes radicaux qui gardent toute leur actualité.

Certaines de ses œuvres ont déjà été montrées au public dans le passé, mais l’exposition « Bernar Venet - 1961-1963 » organisée à l’Hôtel des Arts de Toulon réunit pour la première fois de manière exhaustive, tout ce que l’artiste a produit pendant cette période.

Un livre écrit par Régis Michel, conservateur en chef au Musée du Louvre, et préfacé par Serge Lemoine, directeur du Musée d’Orsay, retrace avec précision chaque événement, chaque étape de la carrière du jeune artiste, et nous permet de mieux apprécier ce début de parcours original et rigoureux, en marge - sans subir les influences - des tendances majeures de son époque.

Bernar Venet, minimal avant l’heure et déjà conceptuel dans ses gestes artistiques, c’est ce que l’Hôtel des Arts de Toulon souhaite démontrer en organisant cette exposition.

« L’art n’est pas fait pour le plaisir, il est fait pour la connaissance », cette phrase de l’artiste prend tout son sens ici, en obligeant le visiteur à rejeter ses a-priori et à reconsidérer ses conceptions sur la signification du mot « Art ».


publié le 12 avril 2008

Hôtel des Arts - du 3 juillet au 14 septembre
236 avenue du Général Leclerc - 83000 Toulon

Exposition gratuite ouverte tous les jours sauf les lundis et les jours fériés

Réagissez


radio
Departements Alpes-de-haute-provence Hautes-alpes Alpes-maritimes Bouches-du-rhône Var Vaucluse
L'été des festivals
Pub... Annoncez-vous
 
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Lettre d'information | Inscrivez-votre évènement | Contact | Mentions légales | Annonceurs | Propulsé par spip | © 1999 - 2014 PariMédia