Augmentez la taille du texteDiminuez la taille du texte

Le nomadisme selon Jean-Marc Brunet

Version imprimable de cet article Version imprimable



Jean-Marc Brunet n’a pas de patrie. Entendons par là que son travail de peintre et graveur se détache de contingences géographiques ou culturelles pour exister. Certes, l’artiste puise dans son environnement la nourriture inspiratrice propre à chaque oeuvre.

Son art, serait-on tenté d’écrire, passe d’un univers à l’autre, d’un continent à l’autre, c’est à dire se détache de ses sources pour en rechercher d’autres. De même, à la lecture de son parcours artistique, il a su s’affranchir de barrières puisque s’y révèlent différentes périodes. Né en 1970 à Soissons (Aisne), il pratique très jeune le dessin, des oeuvres qu’il expose dès l’âge de seize ans.

Puis, installation à Paris en 1989, époque qu’il met à profit pour s’initier à certaines techniques comme le nu ou la gravure dans des ateliers de renom. Il se dirige alors vers la peinture abstraite (grâce au peintre guadeloupéen Alain Salèvor), et rencontre en 1993 Oswaldo Vigas - également peintre, graveur..et avant tout ami.

Débute ensuite, au milieu des années 90, la période dite Réservoir, ainsi que la production de toiles inspirées par la musique qui le feront côtoyer Claude Nougaro, Aldo Romano, Charles Aznavour...D’autres cycles suivront avec des moments clés comme l’acquisition en 2000 d’une presse taille douce qui marque le glissement de l’acrylique à l’huile. Le choc de l’Afrique aussi, avec des séjours multiples au Sénégal en compagnie de l’artiste Ousseynou Sarr, la complicité du poète Jean-Marc Natel, les premières expositions à l’étranger, la réalisation de monotypes, illustrations et livres-objets rendant hommage au monde de la poésie...

La création jubilatoire est manifestement en route. Puis, une autre rupture en 2004. Avec la fréquentation des peintres Jean Rustin et Albert Bitran, une nouvelle phase s’impose à ce travailleur acharné, avec l’abandon d’un certain constructivisme.

Enfin, 2007 annonce autre chose, un souffle lyrique s’entiche de ses toiles, témoignant d’une énergie sans cesse renouvelée, à l’image d’une source qui ne saurait jamais tarir.

Exposition jean-Marc Brunet, du vendredi 21 mars au samedi 12 avril 2008, vernissage jeudi 20 mars à 18h00, Galeries du Fort Napoléon. Tel.04.94.87.83.43


publié le 12 avril 2008

auteur(s) Jean-Christophe Vila /

Réagissez


radio
Departements Alpes-de-haute-provence Hautes-alpes Alpes-maritimes Bouches-du-rhône Var Vaucluse
L'été des festivals
Pub... Annoncez-vous
 
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Lettre d'information | Inscrivez-votre évènement | Contact | Mentions légales | Annonceurs | Propulsé par spip | © 1999 - 2017 PariMédia