Augmentez la taille du texteDiminuez la taille du texte

PROLONGATION DE "VIBRER", INSTALLATION PHOTO-GRAPHIQUE-MUSICALE À LA GALERIE FORMAT

Version imprimable de cet article Version imprimable



L’exposition "Vibrer" de Marie-Françoise Lequoy est prolongée jusqu’au 29 mai, à la galerie Format, au vieux village de Fox-Amphoux,
Ouvert les samedis et dimanches et jours fériés, de 15h à 19h
Un événement musical in live autour de la pièce "Reflet nautique", avec Jean-Sébastien Mariage et Catherine Jauniaux, sera programmé à la fin du mois (date à préciser)


VOIR AUSSI L’ARTICLE DANS CETTE MÊME RUBRIQUE :

http://www.yaquoi.com/A-la-Galerie-...

et https://www.facebook.com/mf.poire


« VIBRER »

par Denyse Carmagnolle

« Je longeais le quai. Le soleil se couchait. Le vent se leva et un ciel d’orage embrasa le port d’un village provençal. La lumière inhabituelle orange, le tremblement sonore des mâts, les zigzags frénétiques de leurs reflets sur l’eau me clouèrent sur place. Il me semblait entendre l’appel infini du paysage  ». Parodiant le célèbre texte d’Edvard Munch à propos de sa peinture « Le Cri », l’anecdote racontée par Marie-Françoise Lequoy peut ainsi expliquer la genèse de la dernière partie du cycle artistique photographique auquel elle s’est attelée depuis plusieurs années, l’exploration des quatre éléments. Après l’air, la terre et le feu, le thème de l’eau est aujourd’hui abordé comme miroir à reproduire et à produire les images reflétées du monde visible éphémère aux formes, couleurs et lumières en perpétuel changement.

Dès lors, munie de son fidèle appareil photo numérique, l’artiste n’a eu de cesse de prospecter divers sites nautiques afin de capturer les reflets des mâts de bateaux, espaces d’instants en fuite qu’elle cadre en gros plans. Retenir par le regard (déjà créateur) et fixer dans la chambre noire les formes informes, les lignes qui se dérobent, les ondes qui se font et se défont aussitôt, les scintillements, les éclats, les vibrations, participent à la première démarche du processus créatif dont la réserve d’images constitue une riche source de réflexions qui, à partir de l’impermanence de la réalité, offre d’infinis développements artistiques.

Dans son rapport au monde, la double vocation de l’image oscille entre fidélité et infidélité, ressemblance et dissemblance car elle tente de le reproduire tout en le trahissant. C’est dans cet écart du perçu au pensé que M.-F. Lequoy a choisi sa voie, celle située à mi-chemin entre le réel et le fictif, le concret et l’abstrait dont le point commun est le caractère sensible et intelligible.

Regroupées et organisées à l’intérieur de deux albums, les images photographiques récoltées, tout en gardant leur degré de rapport à la réalité s’écartent déjà du leurre de la mimèsis. De format carré chacune d’elles représente une composition graphique dont les motifs linéaires provenant du hors champ traversent le support en des coulures sinueuses aux oscillations tremblantes et aux scintillements vibratoires hypnotiques.

Cette première partie annonce les « peintures de lumière » . Faire vibrer est l’objectif poursuivi par l’artiste quand, par son travail sur ordinateur, elle intervient sur les fragments de « paysages » sélectionnés. Colorer, recolorer, décolorer, contraster sont les diverses manipulations qui permettent à chaque image d’accéder à son autonomie en tant que pure présence sensible devenue abstraite.
Ainsi, les images-modules au format carré de plus grande dimension sont dupliquées, multipliées et regroupées selon des diptyques, triptyques, polyptyques aux combinaisons variées qui optimisent les sensations vibratoires.
Marc Chagall écrit : « La couleur est en tout, la couleur est vibration, comme la musique. Et tout est vibration ».

En effet, tout est vibration dans une autre œuvre singulière.
C’est un long ruban blanc qui développe les rythmes photographiques d’un reflet aquatique dont le graphisme de l’onde, de sa naissance à sa disparition, entraîne celles d’une musique (Jean-Sébastien Mariage) et d’une voix (Catherine Jauniaux).
Cette création fusionnelle à l’interprétation contemporaine inédite est aussi celle de l’osmose du temps de l’écoute et de la lecture.
Avec le CD Rom et un livret, le ruban roulé, déroulé, ré-enroulé, reprend place à l’intérieur d’une boîte-objet d’art, univers clos, silencieux et mystérieux.

Marie-Françoise Lequoy pousse ses recherches vibratoires encore plus loin lorsque, déconnectée de toute référence à la réalité extérieure, elle fonde son travail sur la géométrie du carré traversé par une diagonale : les « Carrés induits ».
Par une gestion rigoureuse des éléments constitutifs de cette forme mise en nombre, répétés, superposés, éliminés, décalés, les nombreuses explorations mathématiques sur l’image de synthèse numérique amènent l’artiste à restituer visuellement l’idée du mouvement. Le choix de quelques couleurs saturées et leurs contrastes simultanés maximums conduisent le spectateur à éprouver les vibrations les plus percutantes.
Depuis le début du XX° siècle, cet art des phénomènes optiques illusoires s’inscrit dans l’histoire des différentes expressions sur le mouvement représenté notamment par l’Op’ art des années soixante.

Avec M.-F. Lequoy, la survivance et le prolongement de cette vision artistique démontre la vitalité d’un « art construit » en perpétuel déplacement. Empruntant des voies nouvelles propices à s’inscrire dans une pensée contemporaine, son art continue à produire dans cette « optique ».

Vibrer avec les œuvres-installations de l’artiste, c’est éprouver les sensations virtuelles dans ce rapport de tension extrême d’une immobilité mobile qui serait une réponse physiologique et psychologique à une vibrante quête de connaissances.

D.C.


Marie-Françoise LEQUOY – POIRÉ
Plasticienne, photographie et art digital
Vit et travaille à Toulon (Var) et à Rescombes, Saint-Martin-de-Vers (Lot)
facebook :https://www.facebook.com/mf.poire
PRINCIPALES EXPOSITIONS en Normandie, Lorraine, Allemagne, Var, Bouches du Rhône, (Paris , Caen, Alençon, Metz, Nancy, Forbach, Ludwigshafen, Kassel, La Seyne sur mer, Barjols, Toulon, Marseille, Cuges les Pins) (sélection)

Formation : diplôme groupe HEC, études en Arts Plastiques à Caen, (Ecole des Beaux Arts et atelier de Recherche Esthétique avec Romain Atala), formation en photographie et vidéo à Caen, Metz et Nancy, diplôme d’animateur socio-éducatif.


VOIR AUSSI L’ARTICLE DANS CETTE MÊME RUBRIQUE :

http://www.yaquoi.com/A-la-Galerie-...



publié le 7 mai 2016

auteur(s) En diagonale /

Réagissez


radio
Departements Alpes-de-haute-provence Hautes-alpes Alpes-maritimes Bouches-du-rhône Var Vaucluse
L'été des festivals
Pub... Annoncez-vous
 
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Lettre d'information | Inscrivez-votre évènement | Contact | Mentions légales | Annonceurs | Propulsé par spip | © 1999 - 2017 PariMédia