Augmentez la taille du texteDiminuez la taille du texte

"Tout bien considéré", exposition photographique de GILLES BOUDOT à la Maison de la Photogaphie

envoyer l'article par mail envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable



Maison de la Photographie, Toulon ***
du 11 février au 15 avril 2017

LES CHOSES ETANT CE QU’ELLES SONT…

Soit une grande "poissonnière et boîte d’Igol", une "grande corniche Henri II et pompe à vélo", une "couverture rose et brosse métallique", un "gonfleur de plage"... Et aussi, le "moule de fer", la "Vraie Nénette", où la "peau du chat Retrouvé"…

Etant donnés "la dilatation du gaz", "le principe des marées" et "la découverte de l’Emmental", TOUT BIEN CONSIDÉRÉ, vous êtes à la Maison de la Photographie, au cœur de l’exposition des œuvres de Gilles BOUDOT. En noir et blanc, argentiques*, esthétiques, de la "vraie" photographie, pour les amateurs et les autres.

De la vraie photographie, donc, qui nous décrit un bric-à-brac de vrais objets sans qualité, qu’on imagine collectionnés par un artiste ayant le goût surréaliste des choses au rebut. On pourrait effectivement voir dans le "céleri électrisé" ou le "Calor et mouchoir" (séries des Phénomènes simples) ce type de rencontre fortuite chère au poète ; cependant, ici, il n’y a pas de place pour le hasard. Les images obéissent à une rigueur plastique affirmée. D’abord, la "forme-tableau" - des natures mortes et des paysages crépusculaires - empruntés à la peinture du 17e siècle, une vieille dialectique photo/peinture, volontairement exhumée par l’artiste. Pas de hasard non plus dans la prise de vue frontale, minimaliste, l’éclairage, la mise en scène, l’équilibre. Toutes ces exigences plastiques, non sans une certaine affectation sous des dehors de simplicité, confèrent une beauté abstraite à ces objets dans leur banalité quotidienne (comme dans les "natures mortes silencieuses" de Lubin BAUGIN - excusez du peu !).

Et aussi, une mise à distance des objets pourtant présentés à l’échelle 1 (ou presque), dans le dispositif de monstration : la plaque de verre-écran, glissée dans une cornière métallique et le filet doré sur fond noir.

De l’ordre, de l’immobilité, du mystère.

Nous ne pénètrerons pas dans l’espace clos de ces scénographies muettes - un cabinet de curiosité, une table d’alchimiste (?) pour les "Phénomènes simples" - encore moins dans le "lieu" invisible mais intime des "Oratoires domestiques" ; quant à celui du paysage, aussi mental que physique des "Grands rangements"… !

Dans ces espaces comprimés, le temps s’est arrêté. Il y a quelque chose de comique mais aussi de poignant dans la fixité de l’énergie de ces expériences dérisoires - non pas en train de se faire, mais déjà advenues. Le photographe Gilles BOUDOT sait que le cliché a le pouvoir de congeler le temps, comme dit Diane ARBUS, qu’il transforme l’instant en passé ; rendant de ce fait, la mort présente, il nous plonge dans la nostalgie de ce qui va disparaître.

En revendiquant l’artifice de ces fausses expériences, de ces faux paysages, de ces faux oratoires, il attire notre attention sur la reproduction du réel, le sens des images photographiques et les conditions de leur réception. Reproduire le réel serait une entreprise illusoire, ces images qui rendent le familier mystérieux et le banal, sublime, tiennent de l’imposture. Ici, la réalité n’est pas celle qui s’imite, mais celle qui se crée. On a beau savoir que la mer est en papier, le palais en râpe à fromage, l’infini à 60 centimètres, on "marche" devant ces images à l’onirisme programmé !

La photographie, en fait, serait dans l’incapacité d’exprimer la vérité. Pour MOHOLY-NAGY, son objectif idéal est de nous apprendre à exercer une vision intensive. Certes. Mais l’aventure est malgré tout vouée à l’échec si on considère, avec Diane ARBUS, qu’une photographie est un secret qui nous parle d’un secret, plus elle paraît explicite et moins nous sommes éclairés.

On peut être surpris, agacé, déstabilisé par ces images d’une réalité artificielle, de l’appropriation ironique du sacré, du va-et-vient entre le sublime et le vulgaire. Gilles BOUDOT est un illusionniste, ses images nous mystifient, mais ce dont on ne peut douter, c’est qu’elles ont été créées par un authentique artiste.

Lilyane ROSE

* Les "oratoires domestiques" sont des photographies numériques.

** lire aussi l’interview de Gilles Boudot par M.F. Lequoy-Poiré
ou écouter l’interview sur http://podcasts.radio-active.net/1-...
*** Rue Nicolas Laugier, 83000 Toulon
Horaires : 12:00–18:00
Téléphone : 04 94 93 07 59


Mise en page, photographies MFLP



publié le 16 mars 2017

auteur(s) En diagonale /

Réagissez


radio
Departements Alpes-de-haute-provence Hautes-alpes Alpes-maritimes Bouches-du-rhône Var Vaucluse
L'été des festivals
Pub... Annoncez-vous
 
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Lettre d'information | Inscrivez-votre évènement | Contact | Mentions légales | Annonceurs | Propulsé par spip | © 1999 - 2017 PariMédia