Augmentez la taille du texteDiminuez la taille du texte

Zareh Mutafian ou les couleurs de l’Orient

Version imprimable de cet article Version imprimable



C’est à une découverte de l’Arménie chrétienne à laquelle l’œuvre de Zareh Mutafian (1907 – 1980) nous convie. Ce peintre né à Samsoun (aujourd’hui en Turquie) évoquera avec une constance remarquable sa vie durant cette culture arménienne profondément ancrée en lui, même si les événements liés au génocide l’obligent, alors âgé de huit ans, à abandonner la terre des siens. Un orphelinat américain le recueille en 1918 puis il est transféré en Grèce dans un camp de fortune en 1922. Déjà, il se consacre avec beaucoup d’assiduité à ses deux muses que sont la musique et la peinture. Cette excellence lui offre la chance d’être pris en charge par le gouvernement italien de l’époque. Ce dernier, soucieux de réparer une erreur d’appréciation de son aviation qui avait bombardé les orphelinats à Corfou, confie un contingent d’enfants aux Pères mékhitaristes. Durant dix ans, à Venise et à Milan, Zareh Mutafian découvre le classicisme italien, source de sa vocation de peintre. Il réalise essentiellement des portraits réalistes jusqu’en 1933 où il part pour la Suisse. Là, l’environnement paisible des Alpes et du Lac Léman lui inspire des paysages aux bleus presque transparents. Mais Paris se fait de plus en plus attirante : il s’y installe en 1939. Son atelier situé dans le 9ème arrondissement est un point de rendez-vous des intellectuels arméniens en exil forcé tandis que la rencontre avec l’Ecole de Paris modifie profondément et durablement son approche de la couleur. Sous-bois lumineux, monts enneigés, monastères témoignant de la solennité de la foi et marines supplantent le portrait. En 1967, il foule à nouveau la terre arménienne et expose à Erevan. A son retour en France, comme pour sublimer ce renouveau, la couleur devient plus flamboyante dévoilant pleinement l’Orient des origines. A La Seyne sur mer, les voûtes du Fort Napoléon présenteront les thèmes chers au poète de la lumière que fut Zareh Mutafian.
Jean-Christophe Vila

Exposition « Zareh Mutafian », du 27 avril au 19 mai 2007, vernissage jeudi 26 avril de 18h00 à 20h00. Galeries du Fort, Fort Napoléon, Chemin Marc Sangnier 83500 La Seyne sur mer. Exposition ouverte du mardi au samedi, de 14h00 à 19h00, sauf jours fériés (tel : 04.94.87.83.43)


publié le 12 avril 2008

auteur(s) Jean-Christophe Vila /

Réagissez


radio
Departements Alpes-de-haute-provence Hautes-alpes Alpes-maritimes Bouches-du-rhône Var Vaucluse
L'été des festivals
Pub... Annoncez-vous
 
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Lettre d'information | Inscrivez-votre évènement | Contact | Mentions légales | Annonceurs | Propulsé par spip | © 1999 - 2017 PariMédia